UNE AUTRE PREUVE DE LA DÉCHÉANCE DU FOOTBALL CAMEROUNAIS

Jeune Afrique a publié récemment une liste de dix personnalités qui marquent le football africain de leurs griffes. Dans ce classement logique, on retrouve des dirigeants de clubs, des joueurs, des présidents de fédérations ou des hommes d’affaires qui ont actuellement une grosse influence sur le football africain. Nation sportive par excellence et spécifiquement du football, le Cameroun ne compte personne dans ce cercle. Dans un contexte où des dirigeants sportifs incompétents sont de plus en plus légion, il n’y a rien de surprenant.

C’est le lieu d’adresser quelques épithètes élogieuses à des hauts dirigeants de haut vol comme Moise Katumbi qui a fait du TP Mazambe l’un des clubs les plus puissants du football africain.

Après trois ans d’exil forcé, le congolais, est rentré à Lubumbashi en mai dernier. Désormais, il est beaucoup plus présent dans la gestion du TP Mazembe (TPM), qu’il a propulsé dans le cercle très fermé des clubs les plus puissants d’Afrique grâce à un modèle économique efficace.

Le chairman, qui rêve d’une nouvelle victoire en Ligue des Champions, continue de mettre les moyens pour y parvenir en offrant notamment aux joueurs des salaires élevés ainsi que des primes au résultat particulièrement attractives. Katumbi vient par ailleurs d’être nommé vice-président de la World Football Club Association (WFCA), une plateforme chargée de canaliser le dialogue entre les clubs et la FIFA après la réforme du Championnat du monde des clubs.

 

Similar Posts:

    None Found

Vues : 38

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
26 + 9 =


Connections

FACEBOOK