Thomas Nkono : “Il faut donner pour recevoir”

Dans un entretien à bâtons rompus accordé à Philippe Boney sur Olympia Sports, Thomas Nkono fait le point complet de son actualité.

Dans quelles circonstances avez-vous appris votre nomination ?

Avec une grande surprise et en même temps une grande joie. C’est une reconnaissance du travail et du sacrifice faits durant ma carrière. Quand on est reconnu par une pareille distinction, c’est grâce à ce que vous avez apporté pendant votre carrière. Pour moi, c’est un honneur d’être choisi parmi ces grands monstres du football mondial.

Vous croyez en vos chances ? 

Déjà si vous êtes parmi les meilleurs, vous avez déjà une grande chance d’être nommé. A partie du moment où ceux qui considèrent que j’ai donné quelque chose au football m’ont voté. C’est déjà un honneur d’être parmi les dix meilleurs. Ca constitue une fierté pour mon pays le Cameroun, une fierté pour l’Afrique aussi.

Quel est le nom du gardien de but qui vous a le plus impressionné ? 

Les choses ont changé par rapport à l’époque. Aujourd’hui, tout a changé au niveau du règlement et du jeu. Si j’aurais voulu être comme gardien aujourd’hui dans ma carrière, je citerais Buffon par rapport au fait qu’il joue comme moi je jouais. Je crois que c’est un gardien qui est à proximité de ce que je faisais.

Entre votre époque et celle d’aujourd’hui, laquelle était la plus difficile ? 

Notre époque était la plus difficile. J’ai la chance d’avoir vu les générations passées et les générations présentes. Je suis aussi dans le cadre de l’entrainement des gardiens. Je crois que notre époque était la plus difficile parce que nous n’avions pas par exemple, les entraineurs des gardiens. Aujourd’hui, ils ont presque tout.

Quelle est votre actualité et comment vous vous portez ? 

Grâce à Dieu, je me porte bien en temps difficiles avec cette pandémie. A présent, je suis toujours à l’Espanyol de Barcelone comme entraineur de gardien et je m’occupe aussi de la base c’est-à-dire au niveau de la formation.

Le geste du président qui a vous remis un logement est-il juste ou injuste par rapport à ce que vous avez fait en 90 ?

Un geste c’est un geste. Nous ne nous attendions pas à ça. Nous avions eu à remercier le Chef de l’Etat par rapport à ce geste. Pour nous, c’est un cadeau, ça représente beaucoup de choses. Ca représente de l’affection et quelque chose que vous ne vous attendiez pas.

Quel message à vos jeunes frères de l’équipe nationale ? 

Qu’ils continuent de donner ce qu’ils peuvent. Qu’ils continuent à donner de la satisfaction à notre pays grâce aux sacrifices. C’est vrai que les époques ont changé mais il faut toujours donner avant de recevoir.

Un mot sur la disparition de votre ancien capitaine, Stephen Tataw… 

Ça fait vraiment mal, surtout avec la distance, qui est la chose la plus difficile à compenser. On aurait bien voulu être tous là pour lui rendre cet hommage. Il ne faut pas oublier qu’il n’y a pas longtemps, nous avons perdu Mbom Ephrem qui a été de l’époque de 82. C’est des pertes difficiles. Mais vous savez la vie est faite ainsi. Il faut juste les accompagner avec de l’honneur et qu’ils aillent se reposer la tête haute.

Similar Posts:

    None Found

Vues : 213

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
23 ⁄ 1 =


Connections

FACEBOOK