QUE SONT DEVENUS LES ANCIENS SÉLECTIONNEURS DU CAMEROUN

Après avoir quitté les rênes de l’équipe nationale du Cameroun, les anciens sélectionneurs des Lions Indomptables ont chacun rebondi à leur façon. Si certains ont continué à entraîner, comme Paul Leguen, d’autres n’ont plus jamais exercé la fonction d’entraîneur et tourné différemment la page.

Valeri Nepomniachi (88-90) 

Connu comme étant le sélectionneur des Lions Indomptables lors de la coupe du monde 90, Valeri Nepomniachi s’illustra en arrivant en quart-de-finale. Malgré cet exploit, il libère le plancher et poursuit sa carrière en club jusqu’en 2018 avant de prendre sa retraite sur le banc de Baltika Kaliningrad à l’âge de 74 ans.

Phillipe Redon (91-92) 

Philippe Redon remplace Nepomniachi. Après les exploits de la fin des années 1980, le Cameroun perd de sa splendeur. Il atteint les demi-finales de la CAN 92, après avoir notamment battu le Sénégal, pays organisateur, en quart, mais il y est éliminé aux tirs au but par la Côte d’Ivoire et s’incline en petite finale face au Nigeria. Redon est remplacé par une gloire camerounaise,Jean Manga Onguéné. Après son départ du Cameroun, le technicien français fait un saut au Libéria en 2000 puis au stade rennais (2002-2007). C’est la dernière expérience de Redon qui décède le 12 mai 2020 à l’âge de 69 ans.

Henri Michel (1994)

Après le mondial raté des Lions Indomptables aux USA en 1994, Henri Michel ne survit pas. La suite de sa carrière alterne entre clubs et sélections au rang desquelles le Maroc, la Tunisie, la Côte d’Ivoire, la Guinée équatoriale et le Kenya. Avant de décéder le  à l’âge de 70 ans du cancer, il n’était plus en activité.

Claude Le Roy (85-88, 98) 

Après avoir quitté le Cameroun au lendemain du sacre des Lions Indomptables à la CAN 88, Claude Le Roy revient en 1998 pour la coupe du monde en France mais la bande à Rigobert Song ne passe pas le premier tour de cette coupe du monde avec deux matchs nuls contre le Chili et l’Autriche et une défaite contre l’Italie. Seulement un point manquait aux Camerounais pour terminer deuxième de leur groupe. À la fin du mondial, Claude Le Roy s’en va. Depuis lors il a connu pas mal de clubs et de sélections dont le Togo qu’il entraîne depuis 2016.

Pierre Lechantre (1999 – 2001)  

Vainqueur de la CAN 2000 avec le Cameroun, il est viré en 2001 sans que personne ne puisse vraiment comprendre la décision de la Fecafoot. Grâce à son nouveau statut, il rebondit au Qatar puis enchaîne des expériences en club et en sélection. Depuis son départ de Simba Sports clubs (Tanzanie) le 9 juin 2018, il est sans club.

Winfried Schafer (2001-2004)

En 2001 Schafer est nommé sélectionneur du Cameroun. Pour sa première compétition à la tête des Lions Indomptables, il remporte la CAN 2002. L’expédition pour le mondial Corée-Japon est en revanche un échec puisque les Lions indomptables ne finissent que troisièmes de leur groupe et sont donc éliminés dès le premier tour. En 2003, il est finaliste de la coupe du monde où il s’incline face à la France. Après une élimination en quart de finale de la CAN 2004, le technicien allemand quitte son poste.

Arthur Jorge (2004-2006)

Le technicien portugais arrive au Cameroun en 2004 pour les qualifications de la coupe du monde et de la CAN 2006. La sélection se qualifie pour la CANmais pas pour la coupe du monde. En mars 2006, il part dans un contexte flou, entre mauvaises relations avec les instances camerounaises et non-paiement de salaires. Il rebondit à Créteil puis au MC Alger où il est renvoyé en octobre 2015 après une défaite à domicile face au nouveau promu, le DRB Tadjenanet (3-2). Depuis lors, il n’a plus retrouvé un banc.

Arie Haan (2006-2007) 

Recruté en 2006 pour remplacer Arthur Jorge, il décide de partir contre toute attente en 2007 non sans déplorer l’amateurisme de la Fécafoot. Sans transition, le technicien hollandais prend la tête de la sélection albanaise qu’il quitte en 2009 pour la Chine où il entraîne plusieurs clubs. Après sa pige à Tianjin Teda en 2015, il mit un terme à sa carrière.

Otto Pfister (2007-2008)

En octobre 2006, il arrive au Cameroun pour remplacer Jules Nyongha qui assurait l’intérim depuis le départ d’Arie Haan. Le , il démissionne de son poste dans une ambiance de contestation et de délation. Il rebondira à Trinité-et-Tobago en 2011 puis à Al Merreickh en 2014 et à USM Alger en 2015. Recruté pour entraîner la sélection Afghanistan-aise, il quitte son poste en mars 2018. Depuis lors, il a décidé de mettre un terme à sa carrière.

Paul Le Guen (2009 – 2010) 

En 2009, l’entraîneur français Paul Le Guen arrive en provenance du PSG avec pour but de qualifier le Cameroun à le mondial 2010.  Il mène avec une certaine réussite les éliminatoires de la coupe du monde. La suite est moins glorieuse. Lors de la CAN 2010 en Angola, les Lions indomptables, battus par le Gabon, se qualifient difficilement pour les quarts de finale, où ils s’inclinent face à leur bête noire égyptienne, futur vainqueur pour la 3e fois consécutive (1-3). Le Guen doit répondre à la défiance des médias. En Afrique du Sud, le Cameroun déçoit et subit trois défaites d’affilée qui occasionne son départ. Quelques mois plus tard, il rebondit à Oman en 2011 puis à Bursaspor en 2017. Depuis 2019, il entraîne le Havre.

Javier Clemente (2010 – 2011)

Recruté pour succéder à Paul Le Guen, ses débuts lors des éliminatoires de la CAN 2012 sont catastrophiques, la sélection étant devancée par le Sénégal et la RDC à deux journées de la fin. En juin 2011, après un match nul contre le Sénégal, le capitaine Samuel Eto’o conteste publiquement le sélectionneur. Le Cameroun manque la qualification pour la CAN et Clemente est limogé. La suite de sa carrière le mène à Sporting Gijon et en Libye. Depuis octobre 2019, le technicien espagnol n’a plus rebondi.

Denis Lavagne (2011-2012) 

Embauché pour remplacer Clemente, Dénis Lavagne arrive et manque à son tour la qualification pour la CAN 2013 après une défaite face à l’inattendu Cap vert et est écarté par le Ministère des sports, contre l’avis de la fédération. Depuis son départ du Cameroun, il connu pas mal de banc dans le Maghreb. Mais depuis décembre 2019 et son départ de CS Constantine, il est sans club.

Volke Finke (2013-2015) 

Recruté le 22 mai 2013, Volker Finke parvient à qualifier la sélection pour la coupe du monde 2014, au Brésil, en dominant la Tunisie lors des matchs de barrage. Comme en 2010, le Cameroun perd ses trois matchs du premier tour et est éliminé avec 0 point. Maintenu malgré cette débâcle, l’allemand est limogé en 2015 après une piteuse CAN en Guinée équatoriale. Depuis lors, il n’a plus trouvé preneur.

Hugo Broos (2016-2017) 

Nommé sélectionneur du Cameroun au début de l’année 2016, il remporte la CAN contre toute attente le 5 février 2017 mais la participation manquée du Cameroun à la coupe des confédérations et d’autres mobiles occasionnent son éviction en décembre 2017. Depuis le 1, il est le directeur sportif du KV Ostende.

Clarence Seedorf (2018-2019)

Le 4 août 2018, il est nommé sélectionneur du Cameroun, avec son compatriote Patrick Kluivert comme adjoint. A l’issue d’une campagne de qualification difficile pour la CAN 2019, le néerlandais parvient à qualifier le Cameroun. Mais en Egypte, il échoue en huitièmes de finale face au Nigéria. Conspué et critiqué après ce fiasco, il est remercié en juillet 2019. Depuis lors, il est en chômage.

Par Pape CARDIN 

 

 

 

 

Similar Posts:

    None Found

Vues : 2458

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
22 − 21 =


Connections

FACEBOOK