NBA : SIAKAM L’EMPORTE FACE A EMBIID

Les Raptors de Toronto ont poursuivi leur série de matchs sans défaite à l’Arena Scotiabank, avec un septième succès en autant de rencontres. Cette fois, c’était certainement l’adversaire le plus difficile que les hommes de Nick Nurse ont eu à affronter jusque-là à la maison qui leur rendait visite en la personne des Sixers de Philadelphie.

Les images du tir victorieux de Kawhi Leonard au match 7 des finales de conférence de l’est étaient encore dans toutes les têtes au moment du coup d’envoi de cette rencontre qui a tenu toutes ses promesses.

Les Torontois ont fait honneur à leur statut de champion en titre et se sont imposés 101 à 96, réussissant l’exploit de tenir le meilleur joueur adverse, Joël Embiid à zéro point pour la première fois de sa carrière. Le plan défensif mis en place sur le Camerounais par Nick Nurse a été une réussite totale.

Marque de fabrique de l’équipe depuis le début de la saison, la défense des Raptors a encore été décisive en fin de match rendant ses adversaires muets sur les quatre dernières minutes de la rencontre.

Une rotation réduite mais efficace

Avec pas moins de six joueurs absents de sa rotation, Nurse a réduit celle-ci à trois joueurs. Rondae Hollis Jefferson (16 points 10 rebonds), Terrence Davis (11 points) et Chris Boucher ont contribué grandement à garder l’intensité défensive constante tout au long du match.

Sans les points à l’intérieur d’Embiid, Philly s’en est remis à une adresse extérieur insolente de la part du trio Harris (18 points à 3/7 à 3-points)/Richardson (25 points à 5/9 à 3)/Scott (12 points à 3/5). L’adresse de loin étant un facteur très variable dans le cours d’un match, elle a quitté les visiteurs au pire moment du match. Ces derniers étant incapables de marquer de loin dans les instants décisifs du match.

Du côté des Raptors, le duo Siakam (25 points, 7 rebonds)/ VanVleet (24 points, 8 passes) a une nouvelle fois porté l’équipe en comptant sur le soutien d’Anunoby (12 points), Powell (10 points) et un Marc Gasol indispensable en défense et dans la fluidité du jeu (9 passes). Avec cette victoire Toronto reste dans le groupe très fermé des quatre équipes toujours invaincues à domicile. Au grand bonheur de ses partisans qui ont vibré comme aux plus grandes heures des phases finales au printemps dernier.

 

Similar Posts:

    None Found

Hits: 371

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
20 × 16 =