Press-Sport | N°1 des sites d'actualités sportives au Cameroun.

NBA : PJ. CARLESIMO DEMANDE DE LA PATIENCE POUR EMBIID

PHILADELPHIA, PA - MARCH 11: Joel Embiid #21 of the Philadelphia 76ers warms up before the game against the Detroit Pistons on March 11, 2020 at the Wells Fargo Center in Philadelphia, Pennsylvania. NOTE TO USER: User expressly acknowledges and agrees that, by downloading and/or using this Photograph, user is consenting to the terms and conditions of the Getty Images License Agreement. Mandatory Copyright Notice: Copyright 2020 NBAE (Photo by Jesse D. Garrabrant/NBAE via Getty Images)

Au centre des critiques cette saison pour des performances collectives décevantes, Joel Embiid et Ben Simmons ne sont pas passés loin d’une finale de conférence en 2019, éliminés par le shoot décisif de Kawhi Leonard.

Également éliminés à ce stade de la compétition en 2018, les deux All-Stars des Sixers sont installés parmi les cadors de l’Est, mais n’ont pas encore pris le pouvoir, et ils ont surtout donné l’impression de stagner cette année. Un sentiment de déception pourrait donc se faire sentir, ce qui semblerait injuste d’après P.J. Carlesimo.

« Il y a deux problèmes d’après moi », avance le consultant d’ESPN et l’ancien coach, au Sixers Talk podcast« Le premier, c’est leur jeunesse. Aussi bons soient-ils, ils sont encore jeunes dans leur carrière. On voit qu’il a fallu du temps à Michael Jordan et LeBron James pour gagner le titre. Ils étaient très forts très tôt, mais il faut apprendre à gagner. C’est un peu arrogant de penser qu’on peut le faire aussi vite que ce genre de joueurs. Le second problème, qui va avec ce manque d’expérience, ce sont les blessures. Embiid n’a pas toujours été en pleine forme et Ben a connu des blessures aussi. Ils ont manqué beaucoup de matches. »

Toute la question est donc de savoir jusqu’à quel moment cette patience sera justifiée.

Si cette équipe de Philadelphie, avec Joel Embiid et Simmons donc version « The Process », ne remporte pas le titre, pourra-t-on affirmer que ce fameux « Process » fut un échec ?

« C’est bête à dire, mais une seule équipe gagne chaque saison », poursuit P.J. Carlesimo. « Les Bucks par exemple sont parmi les favoris en ce moment et s’ils ne gagnent pas le titre avec Giannis Antetokounmpo, alors ce sera un échec. Si le « Process » ne mène pas à un titre, alors il n’aura pas fonctionné. Tout comme les 29 autres équipes qui ne remportent pas le titre annuellement. Ne pas gagner le titre, c’est un échec. Voilà pourquoi si les Sixers deviennent champions, il faudra rendre hommage à Sam Hinkie (le GM à l’origine de cette politiqueet aux dirigeants. S’ils ne le sont pas, il ne faudra pas les critiquer. Ils ont choisi cette voie et pour l’instant, par rapport à là où en sont les Sixers, ça marche. Mais les étapes d’après, vers le titre, sont très compliquées. »

Similar Posts:

Exit mobile version