Maboang Kessack : “Le bilan de la Fecafoot est négatif”

Présent au stade Terkokam de Bonamoussadi lors de la rencontre amicale qui a opposé Léopard à Union ce mercredi, l’ancien international camerounais, Emmanuel Maboang Kessack, a fait une analyse froide et implacable de la situation actuelle du football camerounais

Quel regard jetez-vous sur l’actualité du football camerounais ?

L’actualité du football camerounais c’est zéro, pas grand chose. On recule, on revient 25 ans en arrière et même plus. Ca ne joue pas, et ça reflète le match de cet après midi. Les joueurs sont restés près de 8 mois sans jouer, les querelles continuent.

En tant qu’ancien footballeur, quel est votre ressenti actuel ?

Franchement si vous êtes ancien footballeur ou bien acteur du football, face à tous ces camps qui se battent, c’est difficile. On ne sait plus où on en est. Ce qu’on retient à la fin c’est qu’on ne joue pas au foot et c’est malheureux. Et après quand vous voyez les gens qui se battent pour ce football et qu’à l’intérieur on ne trouve pas les acteurs du football, c’est difficile.

Êtes-vous satisfait de ce que vous voyez sur le terrain actuellement ?

Regardez le match Union-Léopard, c’est plus qu’un match de Ligue 1. Les gens ont envie de voir le football se jouer. Il y a le public, mais j’ai pitié des entraîneurs car ils encadrent des enfants qui ont passé près de 8 mois sans jouer au football et jusqu’aujourd’hui rien n’est programmé. La seule chose à dire c’est football mort.

Quel bilan faites vous de la gestion des actuels dirigeants de la Fecafoot ?

Le bilan est très négatif à partir du moment où si vous demandez à un joueur camerounais s’il a joué 100 matchs en deux ans, la réponse est non. Je pense que le football c’est d’abord le nombre de match joué et c’est ce nombre de match qui vous amène en sélection et qui rend notre équipe nationale forte. Quand vous regardez la dernière liste de Conceicao et qu’on n’y retrouve pas 3 ou 4 joueurs locaux, déjà qu’il n’y a pas de championnat, le bilan ne peut être que négatif. Au regard de l’environnement sportif, on aurait déjà eu de bonnes réserves. Déjà que même le championnat amateur ne se joue pas. Moi je suis Président de vipère de Njiki dans la ligue du Mbam. J’ai affilié mon équipe. Pour le moment, on nous dit que le système de licence est fermé. Après les conditions ne sont même pas réunies. Nous sommes affiliés mais je ne sais même pas si on va jouer.

Comment comprendre cette guerre qu’il y a entre les deux parties ?

Même si nous sommes amoureux du football, même si on veut soutenir tel ou tel camp parce qu’on a des amis de l’un ou l’autre côté, il est clair que tous sont à côté de la plaque. Le football c’est sur le terrain mais ils sont dans les batailles juridiques. Des milliards partent en fumée et la perte de temps. J’ai l’impression qu’ils n’ont pas l’amour du football. Ren n’a changé en deux ans. C’est pourquoi aujourd’hui il faut des gens qui peuvent faire jouer. Parce qu’on peut parler, on peut discuter. Moi j’aurais voulu que le championnat se joue pendant que les guerres continuent. J’imagine la douleur des Présidents de clubs, j’imagine le manque à gagner des joueurs. Depuis 8 mois que le championnat est arrêté suite au Covid-19, c’est une génération qu’on est en train de perdre. Ceux qui pouvaient être cadets, juniors, espoirs, leurs âges passent, et d’autres viennent. Donc on peut perdre des supers bons joueurs à cause des querelles.

Quelles solutions proposez vous pour sortir le football camerounais de cette crise ?

Ça va paraître bizarre. Mais je dis ce que je pense. Si je suis médiateur, je vais convoquer toutes les parties et je vais demander à certaines personnes bien connues du football de se retirer et de laisser les jeunes Présidents et les acteurs du football organiser. J’étais à Douala il y a une semaine, j’ai vu des championnats de vacances qui dépassent même notre championnat. Nous avons un championnat à Mimetala bien organisé. Alors, comment se fait-il que tout un pays n’arrive pas à organiser un championnat national ? Donc c’est pourquoi je dis qu’on s’est loupé quelque part et ceux qui ont été la cause depuis 20 ans doivent se retirer et laisser les acteurs du football travailler.

Par Sylvain KWAMBI 

Quel regard jetez-vous sur l’actualité du football camerounais ?

L’actualité du football camerounais c’est zéro, pas grand chose. On recule, on revient 25 ans en arrière et même plus. Ca ne joue pas, et ça reflète le match de cet après midi. Les joueurs sont restés près de 8 mois sans jouer, les querelles continuent.

En tant qu’ancien footballeur, quel est votre ressenti actuel ?

Franchement si vous êtes ancien footballeur ou bien acteur du football, face à tous ces camps qui se battent, c’est difficile. On ne sait plus où on en est. Ce qu’on retient à la fin c’est qu’on ne joue pas au foot et c’est malheureux. Et après quand vous voyez les gens qui se battent pour ce football et qu’à l’intérieur on ne trouve pas les acteurs du football, c’est difficile.

Êtes-vous satisfait de ce que vous voyez sur le terrain actuellement ?

Regardez le match Union-Léopard, c’est plus qu’un match de Ligue 1. Les gens ont envie de voir le football se jouer. Il y a le public, mais j’ai pitié des entraîneurs car ils encadrent des enfants qui ont passé près de 8 mois sans jouer au football et jusqu’aujourd’hui rien n’est programmé. La seule chose à dire c’est football mort.

Quel bilan faites vous de la gestion des actuels dirigeants de la Fecafoot ?

Le bilan est très négatif à partir du moment où si vous demandez à un joueur camerounais s’il a joué 100 matchs en deux ans, la réponse est non. Je pense que le football c’est d’abord le nombre de match joué et c’est ce nombre de match qui vous amène en sélection et qui rend notre équipe nationale forte. Quand vous regardez la dernière liste de Conceicao et qu’on n’y retrouve pas 3 ou 4 joueurs locaux, déjà qu’il n’y a pas de championnat, le bilan ne peut être que négatif. Au regard de l’environnement sportif, on aurait déjà eu de bonnes réserves. Déjà que même le championnat amateur ne se joue pas. Moi je suis Président de vipère de Njiki dans la ligue du Mbam. J’ai affilié mon équipe. Pour le moment, on nous dit que le système de licence est fermé. Après les conditions ne sont même pas réunies. Nous sommes affiliés mais je ne sais même pas si on va jouer.

Comment comprendre cette guerre qu’il y a entre les deux parties ?

Même si nous sommes amoureux du football, même si on veut soutenir tel ou tel camp parce qu’on a des amis de l’un ou l’autre côté, il est clair que tous sont à côté de la plaque. Le football c’est sur le terrain mais ils sont dans les batailles juridiques. Des milliards partent en fumée et la perte de temps. J’ai l’impression qu’ils n’ont pas l’amour du football. Ren n’a changé en deux ans. C’est pourquoi aujourd’hui il faut des gens qui peuvent faire jouer. Parce qu’on peut parler, on peut discuter. Moi j’aurais voulu que le championnat se joue pendant que les guerres continuent. J’imagine la douleur des Présidents de clubs, j’imagine le manque à gagner des joueurs. Depuis 8 mois que le championnat est arrêté suite au Covid-19, c’est une génération qu’on est en train de perdre. Ceux qui pouvaient être cadets, juniors, espoirs, leurs âges passent, et d’autres viennent. Donc on peut perdre des supers bons joueurs à cause des querelles.

Quelles solutions proposez vous pour sortir le football camerounais de cette crise ?

Ça va paraître bizarre. Mais je dis ce que je pense. Si je suis médiateur, je vais convoquer toutes les parties et je vais demander à certaines personnes bien connues du football de se retirer et de laisser les jeunes Présidents et les acteurs du football organiser. J’étais à Douala il y a une semaine, j’ai vu des championnats de vacances qui dépassent même notre championnat. Nous avons un championnat à Mimetala bien organisé. Alors, comment se fait-il que tout un pays n’arrive pas à organiser un championnat national ? Donc c’est pourquoi je dis qu’on s’est loupé quelque part et ceux qui ont été la cause depuis 20 ans doivent se retirer et laisser les acteurs du football travailler.

Par Sylvain KWAMBI 

Similar Posts:

    None Found

Vues : 236

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
28 − 4 =


Connections

FACEBOOK