lfpc : Pierre Semengue fait de graves révélations

Mardi, la fédération camerounaise de football a mis sur pied un comité technique de transition à l’effet de prendre les rênes de la ligue de football professionnel du Cameroun. Quelques heures après cet événement, le président de la LFPC, Pierre Semengue qui n’est pas du genre à avoir sa langue dans la poche, s’est lâché lors d’une conférence de presse. Le général d’armée à la retraite a livré le fond de sa pensée et fait de graves révélations.

Quel était objet de votre présence aux travaux du comité exécutif ?

Je suis allé leur donner le message suivant puisque je n’avais pas été convié. J’ai rappelé et martelé aux membres du comité exécutif que j’ai un mandat impératif et légitime qui va jusqu’au 27 juillet 2020 et que je vais le défendre coûte que coûte. Voilà le message que je suis allé leur délivrer. Après je suis ressorti en les laissant continuer les travaux.

Le président de la Fecafoot a déclaré après votre passage que vous étiez d’accord avec des résolutions. Est-ce vrai ?

Je ne peux pas accepter qu’on m’achète, vous m’évaluez à combien ? Je ne peux accepter des falsifications pareilles. Les Camerounais vont me vilipender si j’accepte une telle chose et ce sera à raison, donc je ne peux donc accepter d’être acheté.

On vous accuse d’avoir extrapolé sur le plan juridique. Reconnaissez-vous les faits ?  

C’est un problème juridique. La CCA a la conciliation et l’arbitrage. Quelle voie de recours doit-il avoir à la Fecafoot quand elle même viole les textes. Il n’y a pas d’équité. C’est un peu ce qui s’est passé dans l’affaire Abdouraman. Ils ont tenu les mêmes propos sur les voies de recours. C’est la Fecafoot qui a commis des injustices, vous voulez que la voie de recours soit laquelle ? La conciliation à la CCA passe avant l’arbitrage. D’ailleurs, il y a même un recours gracieux que j’ai envoyé à la Fecafoot et pour le moment il n’y a aucune suite. La Fecafoot nous a invité trois fois à des réunions, nous sommes partis, mais cela n’a plus eu lieu.

La Fécafoot estime que votre recours est nul et de nul effet. Quel est votre commentaire ?

J’ai déposé mon recours avant la suspension. Si même la suspension m’enlève mon statut juridique. Donc mon recours à la CCA tient. J’ai demandé un recours gracieux aussi et un certain nombre de choses pour me donner un sursis à exécution. Je ne sais pas si ça va prospérer. Vous voyez donc comme je vous disais, on fait le faux et on veut que j’accepte pour être nommé président d’honneur de la Fecafoot avec un salaire. Pourquoi font-ils un passage en force maintenant ? Pourquoi n’attendent-ils juillet prochain ? Donc il y a un agenda caché. L’idée de la fédération dure depuis longtemps. D’ailleurs le premier vice président est allé rencontré hier les clubs à Douala pour les corrompre mais cela n’a pas eu de succès. La suspension qui a été effectué concerne non seulement l’exécutif de la LFPC mais aussi les clubs.

Comment comprendre  le silence des autres membres de l’exécutif de la LFPC ?

J’ai le rapport du dernier conseil que j’ai présidé ici. Tout le monde a signé ainsi que le mémorandum du 31 mars dernier. Vous savez les gens changent en fonction du vent. J’ai ce mémorandum issu du conseil d’administration et tout le monde a signé. C’est d’ailleurs une base légale et tout ce que nous reprochons à la Fecafoot y est mentionné.

Par Sylvain KWAMBI à Yaoundé

Similar Posts:

    None Found

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

publicité
Connections

FACEBOOK