Justilin Foimi : “Je dédie cette victoire à Tara sports”

Vainqueur du Marathon International de Douala ! C’est une telle folie que d’avoir le droit d’écrire ça… Et de hurler comme l’ont fait de milliers de camerounais à la place de la Besseke dimanche. Après trois éditions, Justilin Foimi a offert au Cameroun un moment magique. Mais il ne faut pas se limiter à la victoire. Ce fut extrêmement laborieux, et il a fallu un sacré condensé de qualités et  quatre mois d’intense préparation au Kenya pour réaliser cet exploit. La délivrance a été immense, la joie de Foimi totale à la hauteur, à la hauteur de la douleur qu’a été cette épreuve.

C’est extraordinaire ce que vous venez de réaliser. N’est-ce pas ?

Oui, c’est extraordinaire ! Je suis très heureux et trop ému d’avoir gagné le Marathon International de Douala. Etre le premier camerounais à remporter ce marathon me rend encore plus fier. Sincèrement, je ne savais pas que je pouvais gagner. Tout ce que je savais c’est que je m’étais bien préparé  pour aller chercher quelque chose.

A quel moment avez vous cru en cet exploit ?

Jusqu’au bout, c’était difficile de croire que j’allais gagner parce que avec les kenyans qui sont de très bons coureurs, tout peut arriver. J’ai essayé tout simplement de donner le meilleur de moi pendant toute la course. J’étais en tête et j’avais constamment peur de perdre parce que j’étais seul parmi tous ces kenyans. Ce n’était pas facile d’être seul contre tous. Après le 39e km, j’ai eu une petite crampe qui m’a fait douter. J’ai beaucoup eu peur mais heureusement, c’est passé. Donc c’est lorsque j’ai franchi la ligne d’arrivée que j’ai su que j’étais le gagnant.

Comment avez-vous vécu l’euphorie que votre victoire a occasionnée à la place de la Besseke?  

C’était énorme ! Moi-même, je n’en revenais pas. C’était incroyable. Ca m’a permis de comprendre que je venais de réaliser quelque chose de grand. Merci à ce public qui m’a soutenu et à tous ceux qui ont toujours cru en moi. Je vais continuer à me battre pour leur donner cette joie.

Justement, il est d’usage en pareille circonstances que de remercier ceux qui vous soutiennent, n’est-ce pas ?

Oui, je remercie d’abord Tara sports et particulièrement la présidente madame Nana qui a beaucoup cru en moi. Je crois que c’est grâce à elle que j’ai gagné le marathon de Douala. Elle m’a envoyé au Kenya pour me préparer pendant quatre mois et c’est ça qui m’a permis d’être plus performant. Je lui avais dit de me donner un billet d’avion pour aller me préparer au Kenya et venir gagner le marathon de Douala, je l’ai fait. Aller m’entraîner au Kenya était mon rêve, elle m’a permis de le réaliser. Personne ne peut me donner un cadeau plus grand que ça. Je remercie aussi les sponsors qui l’accompagnent pour l’organisation de ce marathon. Je dédie cette victoire donc logiquement à Tara sports.

Désormais, vous n’êtes plus le même Foimi que nous avons connu avant ce marathon. Avez-vous ce sentiment ?

Je pense que cette victoire va changer ma vie. A l’allure où vont les choses, je crois que c’est parti pour une grande aventure. Je vais continuer à travailler et à garder la tête sur les épaules.

Après cette victoire, vous êtes désormais très attendu. Le savez-vous ?

Oui je sais que je serais très attendu. Mais pour moi,  je ne suis que au début de l’aventure. Je vais continuer à travailler dur. Madame Nana m’a promis de me renvoyer au Kenya afin que je puisse travailler pour progresser.

Après Douala, Ouagadougou et Paris sont les prochains défis, n’est-ce pas ?

Oui. Ce sont les nouveaux défis. Je sais que ça va être encore plus difficile. Mais je vais me préparer en conséquence. Je dois passer au niveau 2 parce que les entrainements que j’ai fait pour le marathon de Douala étaient du niveau 1. Ca va être très difficile maintenant. Le plus gros challenge c’est le marathon de Paris. Pour moi, Ouagagdougou est comme Douala. Mon objectif est d’aller à Paris pour réaliser un chrono de 2h08.

Par la rédaction

 

 

Similar Posts:

    None Found

Vues : 124

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
30 − 14 =