ELITE ONE : QUEL BILAN POUR LE CTT ?

Après quelques mois de compétition, la phase aller du championnat national Elite One a rendu sa copie dimanche dernier. La fin de cette première partie de la saison nous donne l’occasion de faire une esquisse de bilan du comité technique transitoire qui a succédé à la ligue de football professionnel du Cameroun. Que retenir du bilan de l’équipe du président Aboubakar Alim Konaté à mi-parcours ?

Respect scrupuleux du calendrier, arbitrage moins contesté, homologation dépourvue de ponctualité, communication mi-figue, mi-raisin, les premiers mois du comité technique transitoire ont quand même connu des choses positives. De quoi confirmer les promesses serinées par son président Aboubakar Alim Konaté lors de son installation. De quoi convaincre aussi les sceptiques qui conjecturaient que le CTT n’avait pas le profil de l’emploi. Au bout de quelques mois de compétition, le CTT peut se féliciter des résultats obtenus. Arbitrage, homologation, communication, tous les aspects qui concourent à l’organisation harmonieuse d’un tournoi de football ont été réunis ou presque.

En revanche, il y a eu des choses qui n’ont pas plu notamment au niveau des infrastructures où la matérialisation des aires de jeu était approximative, ajoutez l’absence des panneaux de changement et d’autres manquements qui mine de rien, ont discrédité l’organisation. Certaines pelouses étaient inadmissibles et indignes du football camerounais mais on ne peut s’en prendre au CTT qui n’a fait qu’avec les infrastructures qu’il disposait. En tout cas, toutes ces entraves ont  réellement permis au CTT de goutter aussi au difficile exercice que représente l’organisation de cette compétition. L’autre couac aura été financier. Sans véritable sponsor et privé du soutien du gouvernement, le CTT a dû tirer le diable par la queue pour assurer le déroulement de cette première partie de la saison. La fin de la phase aller a d’ailleurs été hypothétique du fait des mouvements d’humeur annoncés par le syndicat des clubs d’élite. Mais la situation a été vite maitrisée par le président Aboubakar Alim Konaté. Au niveau de la communication, des efforts devraient être doublés surtout dans un contexte où l’on est soucieux de ramener le public dans les stades. Il y a aussi à redire sur l’homologation des matchs qui manque de ponctualité. Ajoutez les affaires New stars et Astres n’ont également pas facilité la tâche aux organisateurs dont la sérénité a été longtemps perturbée. Et ce n’est pas fini parce que le TAS n’a pas encore dit son dernier mot.

Par Pape Cardin

Similar Posts:

    None Found

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

publicité
Connections

FACEBOOK