ANICET FOE MBARGA : “UN COUP DE MASSUE SUR NOS TÊTES”

Anicet Mbarga l’entraineur des Astres et des lions U17 analyse le derby contre New stars et réagit à l’annulation de la CAN.

Comment préparez-vous le Derby de ce dimanche ?

Nous avons fait l’autocritique de manière très froide du match contre Canon.  Il faut avouer que nous avons eu 6 cas positifs plus le médecin et au moment vous m’interviewez, nous revenons d’une visite médicale et une fois cela terminé, nous espérons avoir tout notre effectif pour mieux préparer la rencontre de dimanche différemment de celui de la première journée où on n’avait qu’un seul remplaçant et où les uns et les autres ce sont retrouvés à des postes où ils n’étaient pas souvent habitués.

Donc c’est le covid-19 qui vous a fait défaut face à Canon ?

Disons que ça a été extrêmement difficile pour nous. Nous nous sommes assis et on a véritablement parlé à nos joueurs parce qu’il faut le dire nous sommes quand même dans la préparation depuis un certain temps. Nous avons commencé la première séance le 4 septembre 2020 jusqu’au 31 décembre. Nous avons repris le 4 janvier 2021 à nos jours, ce qui fait 10 semaines. Dans l’ensemble, ça fait 25 semaines et il est inconcevable qu’une équipe vienne nous arracher le beurre sur du pain comme ça été le cas lors du match contre Canon.

Quel est l’état de votre infirmerie ?

L’état de l’infirmerie n’est pas inquiétant. Nous ne sommes pas dans une situation alarmante et ce d’autant plus que nous avons récupéré ceux qui s’entraînaient à part. Notre infirmerie a pu gérer de manière à ce que dimanche on puisse engranger les trois points.

Comment avez-vous accueilli l’annulation de la CAN U17 ?

Ça a été une très grosse déception et depuis que la nouvelle est tombée comme un coup de massue sur nos têtes, c’est ma première intervention sur un média jumelée à la préparation des Astres pour le match de ce weekend. Ça nous a fait énormément mal. Beaucoup plus pour cette génération qui s’apprêtait à aller défendre les couleurs du pays et le titre valablement acquis par la génération Liibih Thomas et Steve Mvoué à qui nous avons jamais cessé de dire merci car s’il n’avait pas été champions, nous ne serions pas qualifiés parce qu’il fallait passer par l’Uniffac.

Si la CAN se joue, seriez-vous à la hauteur ?

Nous avons dit à nos jeunes joueurs qu’ils appartiennent à un pays de vainqueur et qu’une génération a posé les jalons. Il était important qu’ils suivent le pas. Voilà pourquoi tout au long de la préparation avec les quatre regroupements que nous avions effectués nous avons joué huit matchs amicaux pour sept victoires, un match nul, 25 buts marqués et 4 encaissés. Mais ça c’était une partie de manche parce que là on affrontait beaucoup plus les centres de formation et les équipes du championnat civile. Il était donc question d’aller titiller l’Afrique en affrontant les meilleurs, la fédération et l’État nous ayant mis dans les meilleures conditions.

Vous espérez que cette CAN sera reprogrammée n’est-ce pas ?

Nous avons déjà digéré cette difficile nouvelle. Espérons qu’avec les élections à la tête de la CAF, il pourrait avoir nécessairement reprogrammation de cette compétition pour ne pas empêcher à cette jeune génération d’écrire ses lettres de noblesse dans l’histoire du football camerounais et de l’Afrique en général comme l’ont fait ses prédécesseurs.

Par Sylvain KWAMBI

Similar Posts:

    None Found

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
22 − 13 =


[wpadcenter id=6440]
FACEBOOK
Connections