ALEXANDRE SONG : LA SUITE DE L’AFFAIRE

Le mondial 2010, la première coupe du monde de football qui se jouait sur le continent Africain a suscité beaucoup d’espoir avant le coup d’envoi. Mais la compétition aura été finalement un fiasco pour le Cameroun. Dans un live Facebook, Alexandre Song a livré les multiples raisons du chaos des Lions Indomptables, les unes aussi cocasses que les autres. Nouveaux morceaux.

“Ce sont les aînés que j’accuse. Ils se sont faits malaxés pas possible ces aînés-là. A un moment donné, il faut quand même avoir une dignité. Les gars se laissaient faire à un niveau. On dit que je suis têtu. Oui, je préfère être têtu que de me faire trimbaler. A la mi-temps, la façon qu’on a parlé à un joueur, je ne vais pas seulement donner le nom du grand là, je suis resté comme ça là… merde ! J’étais dépassé. Avec moi, ça ne va jamais se passer comme ça. Un joueur qui est comme toi qui joue, il te parle comme ci tu es… Non ! On a quand même les enfants à la maison. Après les gens vont que ceci, cela. Au pays comme nous, on ne “tchakalisait” pas les journalistes, on ne leur donnait rien, ils allaient prendre ailleurs. Donc on voulait nous tuer seulement. Je dis que le match là c’était la magie. A la mi-temps, le gars dit que tu ne vas plus jamais jouer. Je me retourne, je regarde le gars, je dis mais c’est à qui qu’on parle comme ça. Je pensais qu’on parlait à Vincent Aboubakar d’abord. Je pensais que c’est à Abou qu’on parlait mais Abou ne jouait pas. Je me retourne, je vois le grand. C’est à un père de famille qu’on parle comme ça ? Je dis “muerte” !  C’est là où on dit que je suis insolent. Je préfère. Même quand tu fais mal, il y a une manière de parler à quelqu’un. Mais la façon qu’on avait parlé au grand-frère là… Moi-même, j’ai eu la chair de poule. Je te jure devant Dieu, j’ai eu la chair de poule. Mais demain on va dire que Alexandre Song, c’est eux qui créent le désordre. C’est eux qui font ceci, c’est eux qui font cela. J’ai vu des choses dans cette équipe. Aujourd’hui, quand je vois les grands frères-là qui font les interviews et disent ceci et cela. Ils sont incapables de dire la vérité, je ne comprends pas. Les gens n’arrivent pas à dire la vérité.”Raconte-t-il avant de poursuivre sur le cas de Rigobert Song.

“Les gars ne voulaient pas que Rigo joue parce que les gars ne voulaient pas qu’il ait ses capes. C’était la magie. L’histoire que tu vois là. Je te dis les “On dit” parce que je n’étais pas là. J’ai entendu ça, c’est les grands-là qui ont raconté. Je n’ai pas vécu cette histoire, je ne peux donc pas raconter. Je ne peux pas confirmer parce que je n’avais pas vécu, j’avais seulement entendu. Quand on perd le match contre le Japon, le ministre dit qu’il faut faire l’équipe. D’abord, quand on part à la coupe du monde, je suis du côté des jeunes. Moi, Landry et mes gars là, on est assis ici en bas, de l’autre côté, il y a “Bantou”, “Le Phoenix, Carlos, Geremi… Donc on est aux entraînements, j’entends les grands-là, Geremi, je vais boxer Paul Le Guen. J’ai vu de ces choses en sélection, la sélection nous a tout montré.”

L’ancien joueur d’Arsenal évoque aussi une hilarante histoire de montres. “Je reste là. On dit Alexandre Song : présent (rires) pour la montre. La montre là, dès que c’est arrivé, j’ai donné ça à quelqu’un à Essos. J’ai donné ça à Essos directement. Le jour-là, on m’appelle, je dis merde ! Il n’y a que Assou Ekotto et moi qui avions refusé. Rigo me dit va chercher. Je dis non ! Je lui que je ne pars pas. Après, je me suis levé, je suis allé chercher la montre. Je reste là, je dis oh Song ! On m’a tué le charisme. On t’appelle, va récupérer la montre. Laisses la publicité qu’on fait là. Les montres là coûtent quoi ? Dans la vie, il ne faut pas trop parler parce que l’histoire de ces montres là, demain, tu vas parler, on va dire que les gens sont jaloux. J’en ai rien à foutre ! Il faut dire la vérité aux gens. Si tu offres la montre de 2000 à quelqu’un, dis que tu as offert la montre de 2000. Ne vas pas dire que monde entier que tu as offert la montre de 30 millions alors que la montre là ne vaut même pas 3000 euros. Vous venez nous fatiguer les oreilles en disant que vous avez offert les montres de 50 millions aux gens. Je dis la vérité. Moi, je dis la vérité. Je mets tout le monde au défi. J’avais un gars à Londres qui nous vendait les montres. Il y avait les montres “Casio”. Tu achètes la montre à 100 pounds et on te met les pierres autour. Le gars vendait les montres là à 1800, 2000, 3000. Quand il est venu dire en mondovision que la montre coûte 30000 euros, le bluff m’a pris. Donc le soir-là, j’ai récupéré la montre, comme je ne voulais pas la garder, j’ai appelé mon gars là. Je lui ai dit que j’ai une montre d’une valeur de 30000, 40000 euros. Je veux que tu me donnes l’équivalent de ça, les montres “Casio” là. Le gars m’a dit que même deux montres “Casio”, je ne te donne pas. Sur la tête de mes enfants qui sont en train de dormir. 1800 pounds, la montre coûtait. Je dis 1800 pounds. Dès que je suis arrivé à Essos, j’ai donné la montre là à “Silax”. C’est lui qui porte ça. Il marchait partout au quartier, il disait qu’il portait la montre de 30 millions. Si Rolex l’arrêtait peut-être, il le mettrait en prison (rires).” C’est à la fois amusant et triste n’est-ce pas ?

Par Franck Berlio

Similar Posts:

    None Found

Vues : 190

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
10 × 12 =


FACEBOOK
Connections