Les légendes nigérianes Amunike et Mutiu se souviennent d’avoir joué en Espagne: «C’est un privilège d’avoir joué en Liga»

Emmanuel Amunike et Mutiu Adepoju ont tous deux joué en Liga dans les années 1990 et cette semaine ont regardé en arrière leurs sorts à Barcelone, au Real Madrid et dans d’autres clubs.

Cette semaine, deux des meilleurs joueurs nigérians à avoir joué au jeu se sont entretenus avec Goal.com pour se souvenir de leur carrière et, surtout, de leur temps dans le football espagnol. Emmanuel Amunike et Mutiu Adepoju – qui sont nés à seulement trois jours d’intervalle en décembre 1970 – ont vu leur carrière se dérouler en parallèle, rejoignant respectivement les poids lourds de LaLiga Barcelone et le Real Madrid.

Arrivée en Liga

L’aventure espagnole de Mutiu, née à Ibadan, a commencé à l’académie du Real Madrid avant de se lancer dans LaLiga tout au long des années 1990 avec Racing Santander et Real Sociedad, ainsi que de passer du temps dans les divisions inférieures espagnoles avant de prendre sa retraite. Étant donné qu’il est allé directement du Nigéria à l’équipe B du Real Madrid, Mutiu se souvient à quel point la transition a été un choc au début: «Quand je suis arrivé à Madrid, en arrivant dans une nouvelle ville et dans les installations du Real Madrid, tout était très, très différent de ce que J’étais habitué au Nigeria. D’essayer d’apprendre la langue à tout. Mais j’ai beaucoup appris au Real Madrid. En fait, tout ce que je sais sur le football y a été appris. »

L’arrivée d’Amunike en Espagne n’a pas été un véritable choc culturel, car il avait déjà acquis une précieuse expérience des ligues étrangères et du football européen avant de signer avec Barcelone au milieu de la saison 1996/97. L’ailier avait déjà joué pour Zamalek en Égypte et Sporting CP au Portugal avant son arrivée au Camp Nou.

Malgré tout, c’était encore un grand pas en avant, se souvient-il: «le niveau africain et le niveau  européen étaient alors totalement différents. J’ai dû travailler dur pour m’installer dans l’équipe du Sporting CP et je suis devenu l’un de leurs joueurs importants. Ils ont dit qu’une grande équipe espagnole était intéressée par moi et j’ai fini par jouer pour Barcelone. »

Jouer avec et contre certains grands de LaLiga

Les deux regardent en arrière avec tendresse leur temps dans le plus haut niveau du football espagnol, se souvenant des superstars avec lesquelles ils ont joué et alignés. Amunike se souvient du vestiaire étoilé dans lequel il est entré au Camp Nou, rempli d’étoiles telles que Laurent Blanc, Pep Guardiola, Luis Figo, Ronaldo Nazário, Hristo Stoichkov et l’entraîneur Bobby Robson. «J’ai dû m’adapter au nouveau scénario, aux plus grands défis, à l’atmosphère plus grande», dit-il. «Il y avait beaucoup de demandes et de responsabilités.»

Les blessures ont finalement limité le temps de jeu d’Amunike avec les Blaugrana, mais il a connu des moments spéciaux avant ce revers et se souvient très bien de s’être affronté au Real Madrid à El Clasico. Les deux rivaux se sont rencontrés plusieurs fois de suite après son arrivée après avoir été réunis lors de la Copa del Rey 1996/97. “Le Real Madrid avait une très bonne équipe et quand les deux équipes se sont rencontrées, c’était comme” wow! “Moins de football, plus d’arguments! Beaucoup de cartons rouges et beaucoup de cartons jaunes! Mais, bien sûr, ce sont de très bons souvenirs pour moi. »

Mutiu a pu constater par lui-même à quel point ses coéquipiers du Real Madrid étaient bons, passer du temps avec l’équipe de réserve, puis les affronter une fois avec le Racing Santander et la Real Sociedad. Comme il l’a rappelé cette semaine: «J’ai dû revenir jouer contre certains de ces grands joueurs du Real Madrid. Des joueurs comme Manolo Sanchís, Chendo, Emilio Butragueño, Hugo Sánchez… de grands noms. »

Mutiu dit qu’il a également apprécié le défi d’affronter des superstars sur d’autres équipes. “Il y a tellement d’autres joueurs contre lesquels j’ai joué”, dit-il. “Ronaldo Nazário, Finidi George, Raúl, Pep Guardiola, DavorŠuker.” Lorsque vous êtes sur le même terrain qu’eux, vous êtes motivé et souhaitez faire quelque chose de bien. Il y a tellement de grands joueurs en Liga que nous avons joué contre et, comme l’a dit Amunike, c’est un privilège d’avoir joué en Liga. C’est un privilège que je chérirai toujours. Je recommencerais si je le pouvais. »

Les Super Eagles

Malgré leur carrière parallèle, Amunike et Mutiu ne se sont jamais croisés directement pendant leur séjour en Liga. Leurs deux voyages se sont toutefois réunis au cours de leur carrière dans l’équipe nationale nigériane. Les deux ont joué dans la course des Super Eagles aux 16eme de finalede la Coupe du monde de 1994, jouant dans chacun des matches de leur nation, y compris la défaite fatale 2-1 en prolongation contre l’Italie à Boston.

“Contre l’Italie, nous sommes probablement entrés dans le match avec une exubérance juvénile et avec la certitude que nous allions gagner le match”, se souvient Amunike. Mais nous n’avons pas non plus réalisé que l’Italie avait été championne du monde il n’y a pas si longtemps et savait comment gérer la situation. Ils savaient comment gagner un match même lorsqu’ils perdaient, et ils n’ont jamais abandonné l’espoir d’atteindre leur objectif. Finalement, nous avons perdu, mais je n’oublierai jamais cette équipe et nous sommes tous encore proches. »

Similar Posts:

    None Found

Vues : 84

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
25 ⁄ 1 =


Connections

FACEBOOK