Timothée Atouba : « Je souffre comme tous les autres camerounais »

Disparu des radars depuis quelques années, Timothée Atouba continue de poursuivre son petit bonhomme de chemin dans le monde du foot. Éloigné de l’aire de jeu depuis deux ans par la blessure, l’ancien latéral gauche des lions indomptables n’est pas près d’accrocher les crampons. « Je suis sans club en ce moment, j’ai passé un an et demi de blessure, je reprends progressivement, après on verra. D’ici le 31 décembre on verra bien ». S’il n’a pas encore pris la décision de mettre un terme à sa carrière professionnelle à 34 ans, Atouba ne rêve plus de jouer un jour avec l’équipe nationale. L’homme aux 42 sélections se contente désormais de supporter les lions. « Je suis supporter de l’équipe nationale du Cameroun. Je la suis chaque fois qu’elle joue, je souffre comme tous les autres camerounais quand elle perd ». Pour assouplir sa souffrance, le vainqueur de la CAN 2000 a une idée de l’antidote qu’il faut pour soigner les lions indomptables.  « La recette miracle c’est d’être patient et d’arrêter de changer d’entraineur n’importe comment. C’est tout ! Vous ne pouvez pas prendre un entraineur, vous signez un contrat de deux ans et vous le virez au bout d’un an. Il faut aussi bien avoir les objectifs avant de signer un entraineur. Si vous prenez un entraineur pour gagner la coupe d’Afrique, il doit atteindre ses objectifs. Mais si vous le faites signer pour la reconstruction, donnez lui le temps parce que même si les joueurs ont le talent, l’entraineur qui arrive avec son système à lui et a besoin du temps pour faire le résultat. Le Cameroun a besoin des entraineurs qui ont du cran. Claude Leroy, Pierre Le chantre ont été balayés d’un revers de la main alors qu’ils étaient capables de donner beaucoup médailles au Cameroun. On doit se poser les questions. Qu’est-ce que nous voulons ? » A-t-il suggéré.

Par Franck Berlio

Laisser un commentaire