SAMBO : la fédération camerounaise sort des fonts baptismaux

Après avoir longtemps existé illogiquement sous l’aile de la fédération camerounaise de nanbudo, la ligue nationale de sambo devient une fédération.
« Petit à petit, l’oiseau fait son nid ». C’est l’adage qui retentit à l’évocation de cette évolution significative de la ligue nationale de sambo dont la gestion est désormais placée sous le giron d’une fédération. Cette avancée est la matérialisation de nombreux efforts consentis par les promoteurs de la discipline aussi bien sur les plans administratif que technique. C’est l’aboutissement d’un rêve et d’une ambition partagés. C’est l’expression d’un engagement résolu à apporter plus de solutions aux problèmes de développement et d’épanouissement auxquels est confrontée la discipline. « Le bon locataire n’est pas interdit de déménager ou de rompre un certain contrat avec son bailleur lorsqu’il constate qu’il a construit le chez séant. Je crois que le sambo avait déjà besoin d’être autonome parce que aujourd’hui, il y a beaucoup d’énergies et de synergies fortes pour l’accompagner ». Cette mobilisation serinée par le président national, Jean Benjamin Matip, s’est vue à Douala samedi dernier à l’occasion d’un grand stage. Catalyseur d’une masse entière de jeunes pratiquants, l’événement a donné lieu à un moment de grande effervescence et de soulagement : « nous pouvons pousser un ouf de soulagement parce que le sambo vient de renaitre de ses cendres après une période d’hibernation. Hier, nous étions avec la fédération de nanbudo que nous remercions pour ses bons et loyaux services. Aujourd’hui, nous pouvons voler de nos propres ailes. C’est à la fois un sentiment de soulagement, d’engagement et d’ambition qui nous anime parce que nous sommes conscients que la tâche ne sera pas facile ». Déclare me Ndema Biboun, l’un des entraineurs qui conduisaient ce stage. Faut-il donc se rendre à l’évidence que cette autonomie ouvre la voie à de nombreux chantiers.

Laisser un commentaire

Top