Joseph Yanki : « En 2015, je méritais d’être convoqué en équipe nationale »

Par Franck Berlio

« Après la pluie vient le beau temps ». C’est l’adage qui retentit lorsqu’on évoque l’actualité de Joseph Yanki qui a pris la direction du Maroc la saison dernière après avoir vécu des moments très difficiles à Coton sport de Garoua. Depuis son arrivée au Maghreb Association sportive de Fès, l’attaquant camerounais a repris vie et c’est avec beaucoup de joie qu’il s’est confié à la rédaction de Press-sport.

Quelle est votre actualité ?

Mon actualité c’est celle de mon club qui  a débuté le championnat le week-end dernier. La saison a bien débuté parce qu’on a enregistré une victoire malgré les problèmes que notre adversaire nous a posés. On a gagné 1-0, c’était le plus important. Actuellement, nous nous préparons pour disputer notre deuxième match, ce sera à l’extérieur.

Quels sont vos objectifs cette saison ?

Nous avons les mêmes objectifs que l’année dernière à savoir la montée en première division. Malgré les moyens en jeu par les dirigeants on n’a pas pu accéder en première division. Nous sommes sortis troisième à deux points de l’équipe qui est montée. Cette saison, on sera focalisés uniquement sur cette ambition parce que l’an dernier, on a disputé la coupe de la CAF et ça nous a un peu perturbé. Le MAS Fes est une très grande équipe, sa place n’est pas en deuxième division, nous allons donc nous donner au maximum pour le remettre à la place qu’il mérite.

21741769_1643619232336400_648684415_n

Au regard de votre effectif, pensez-vous que vous pouvez atteindre ces objectifs escomptés ?

Oui. Notre effectif est plus costaud que celui de l’année dernière parce que les dirigeants ont recruté de nouveaux joueurs. Il y a une très grande différence de niveau. On a recruté plusieurs joueurs de première division notamment de Wydad de Casablanca. Ils ont beaucoup de qualités et vont le club à atteindre ses ambitions.

Sur un plan personnel, comment se passe votre début de saison ? 

Tout se passe bien pour le moment. La saison dernière, j’ai marqué trois fois et j’ai fait beaucoup de passes décisives en six mois parce que j’ai signé lors du mercato d’été. Cette saison, je compte faire mieux et pour y parvenir, je travaille dur tous les jours. Si les dirigeants du MAS m’ont recruté c’est parce qu’ils comptent sur moi, je me donnerais donc  à fond pour ne pas les décevoir. Le moral est bon parce que je suis en confiance ici et j’ai le soutien des encadreurs et des dirigeants. Tous croient en moi notamment notre coach principal qui me dit tous les jours que j’ai de très bonnes qualités.

21754296_1643617869003203_434060563_n

En tant que meilleur joueur du championnat camerounais en 2015, vous étiez un prétendant sérieux pour une place en équipe nationale. Malheureusement, vous n’avez jamais eu votre chance. Avez-vous encore espoir ? 

Oui bien évidemment. Le rêve de tout footballeur est de porter les couleurs de son équipe nationale. En 2015, je crois que je méritais d’être convoqué en équipe nationale au vu de mes performances mais on ne m’a pas donné ma chance. Je me suis que mon heure n’était pas encore arrivée. Chaque chose a son temps. J’ai des amis en équipe nationale comme Ndip Tambe et Fai Collins avec qui j’ai joués au Cameroun. Ils ont été patients, ils ont bossé dur et quand leur temps est arrivé, ils ont su l’exploiter. Je sais que mon heure arrivera aussi. Je ne doute pas de mon talent. J’ai des qualités et je travaille tous les jours pour les améliorer. Partout où je suis allé, j’ai réussi mon test en Allemagne, en Turquie et ici au Maroc.

Quels sont vos rapports avec les dirigeants de Coton sport de Garoua qui vous ont mené la vie dure ?

Nos rapports sont bons. Malgré tout, je garde un bon souvenir d’eux et de Coton sport. C’est ce grand club qui m’a mis au devant de la scène au Cameroun. Ce sera donc ingrat de ma part si je ne reconnais pas ça. Lorsque j’ai signé ici, j’ai tout fait pour que le club gagne quelque chose. C’était ma façon de remercier les dirigeants pour tout ce qu’ils ont fait pour moi. S’il vous plait, je profite également de cette occasion pour remercier mon agent Ivo Chi qui a traversé des moments très difficiles avec moi. Je vais vous surprendre en vous disant que j’ai signé ici sans l’informer. Il aurait dû m’attaquer en justice parce que j’étais fautif mais il ne l’a pas fait. Il méritait d’avoir une dizaine de millions dans mon transfert mais il n’a pas revendiqué ça. J’ai même voulu retirer de l’argent dans mes revenus pour lui payer ses commissions mais il m’a demandé de les garder et de lui verser ça lorsque j’évoluerais dans une grande équipe et lorsque je toucherais vraiment l’argent. C’est un geste qui m’a beaucoup marqué et qui me marquera à vie. Un autre agent ne m’aurait jamais fait cette faveur. Je tiens donc à le remercier.

 

Laisser un commentaire

Top