Cameroun : ces joueurs qui ne méritent pas l’équipe nationale

Avant, les lions indomptables du Cameroun étaient de véritables mythes. Aujourd’hui, ils sont devenus de vrais fantômes. La faute à un gang de joueurs qui ont établi leur réputation dans la médiocrité. Chaque joueur devrait mériter de porter les couleurs de l’équipe nationale , car le Cameroun est une sélection d’envergure. N’est-ce pas les N’dy Assembe, Bassong, Ondoa et consorts? Que de jeunes enthousiastes comme Mohamed Djetei et Joseph Yanki auraient voulu être à leur place ! Nous préférons voir des jeunes qui perdent mais qui sont fiers de jouer que de vieux crocodiles qui occupent des places, où ils n’ont rien à faire qu’à barboter dans le marécage fétide qu’ils ont créé. Avant, on voyait les joueurs mouiller le maillot, se battre et gagner, c’était formidable et prodigieux, et même s’ils perdaient, ce n’était pas grave. C’était la loi du sport. On était malheureux mais ils n’avaient pas perdu l’honneur du sportif, ni la reconnaissance de leur pays. Mais voir jouer l’équipe nationale soi-disant du Cameroun face au Nigeria le 11 octobre dernier donnait envie de vomir et de renoncer à sa nationalité. Plus d’honneur mais des « mecs » sans scrupule et sans honte, qui ont joué à autre chose qu’au football, indignes de porter le maillot des lions indomptables. Ils ont soulevé une nausée insupportable. Au lieu de contribuer à la faillite des lions, jouez uniquement pour vos clubs et gagner votre « blé » plutôt que de faire mal aux camerounais. Parce qu’il nous semble que lorsqu’il s’agit de gagner du pognon vous jouez bien, et mieux que d’autres.

Il faut conclure. L’Equipe nationale du Cameroun est considérée comme l’une des grandes nations de football dans le monde. De ce fait, c’est une vitrine pour le Cameroun. Cette vitrine doit être brillante, éclatante, comme chaque camerounais le souhaite, sur un terrain de football comme ailleurs. Il faut que le rêve des camerounais soit porté par les joueurs. L’esprit de compétition est une valeur sportive. Perdre est la loi du sport. Or tout dépend des conditions dans lesquelles on perd. En 2003, Rigobert Song et ses coéquipiers ont perdu la finale de la coupe des confédérations face à la France. En 2008, ils ont loupé le trophée de la Can devant l’Egypte. On était fiers d’eux parce qu’ils ont mouillé le maillot. Inspirez-vous de cette génération cannibale Messieurs!

Par Augustin NULLA

 

 

 

Laisser un commentaire

Top