Cameroun – Algérie : les gagnants et les perdants

Victorieux samedi face à l’Algérie 2-0 lors de la cinquième journée des éliminatoires de la coupe du monde 2018, le Cameroun a réalisé une belle performance. Mais dans l’ensemble, tous les joueurs alignés par Hugo Broos n’ont pas été bons. Si certains comme Clinton N’jié et Frantz Pangop ont marqué des points, d’autres en ont perdu.

Les gagnants 

Clinton N’jié : Non convoqué depuis la CAN 2017, Clinton N’jié n’a pas laissé passer de prouver qu’il doit occuper une place de choix en équipe nationale. Titularisé sur le côté gauche de l’attaque camerounaise, il a régulièrement malmené le latéral droit des fennecs. Son but à la 24e minute a permis aux indomptables de sortir du traquenard algérien. Désormais, l’attaquant de l’OM bénéficie clairement d’une longueur d’avance sur la concurrence et, notamment sur Toko Ekambi, Fabrice Olinga et consorts.

Frantz Pangop : Une première réussie pour Frantz Pangop en équipe nationale. L’attaquant de l’Union sportive de Douala avait hâte de signer sa première sélection et son entrée face à l’Algérie l’a bien comblé. Entré en jeu à la 87e minute, ses premières minutes ont tourné en feux d’artifice. Sur sa première touche de balle, Pangop a marqué le deuxième but du Cameroun et des points.

Hugo Broos : Sur la sellette depuis l’élimination du Cameroun, Hugo Broos s’est donné un bon bol d’air samedi en battant l’Algérie 2-0. Même s’il était limogé, quoi qu’on dise, il partirait la tête haute et sur une bonne note qui pourrait lui faciliter un rebond.

Les perdants 

Christian Bassogog : mi chou mi chèvre depuis qu’il est revenu de la CAN 2017, Christian Bassogog a toujours du mal à retrouver les qualités qui ont fait de lui le meilleur joueur de la CAN. Sa prestation face aux fennecs samedi n’a pas été du tout convaincante. Remplacé par Georges Mandjeck un milieu défensif, l’attaquant d’Henan Jianye a encore remis en cause son statut de titulaire.

Benjamin Moukandjo : Contre l’Algérie, il n’a pas joué une minute et son absence ne s’est pas fait ressentir. C’est un signe qui ne trompe pas. Benjamin Moukandjo ne va sûrement plus vivre longtemps en équipe nationale.

Par Franck Berlio

 

Laisser un commentaire

Top