vous êtes ici
Accueil > A La une > Benjamin Moukandjo : « nous n’avons pas d’étoiles réelles dans l’équipe »

Benjamin Moukandjo : « nous n’avons pas d’étoiles réelles dans l’équipe »

La première chose qui devient évidente pour toute personne qui passe du temps avec l’équipe du Cameroun qui s’est rendue en Russie pour participer à la Coupe des Confédérations de 2017 est l’amitié forte qui semble unir les champions africains en titre. 

« Quand c’est juste nous, nous racontons des blagues et nous moquons les uns des autres, mais une fois que nous sommes sur le terrain d’entrainement, tout est sérieux à nouveau – nous savons quand nous devons nous mettre au travail », a expliqué Benjamin Moukandjo dans un Entretien exclusif avec FIFA.com  dans l’hôtel Moscou où Les Lions Indomptables  ont décidé de se baser sur leur match d’ouverture avec le Chili dimanche.

Ingrédient magique
« J’ai été entraîneur pendant 29 ans et je n’ai jamais eu d’équipe comme ça avant », a déclaré l’homme à la barre, Hugo Bross, plus tôt cette année à la Coupe d’Afrique des Nations de la CAF de 2017, dont ses accusations Sortit victorieux. « Je leur dis chaque jour qu’ils ont quelque chose qu’ils doivent apprécier – et c’est l’amitié. Ils sont de véritables amis, et vous ne l’obtenez pas souvent dans une équipe de football.  »

Moukandjo sourit, hochant la tête en accord avec l’évaluation de son entraîneur. « Au fil du temps, et surtout lors de la campagne de la Coupe des Nations, nous sommes tous devenus des amis solides », a déclaré l’attaquant de Lorient. « Nous sommes allés au tournoi en équipe, mais alors que nous étions là, nous sommes devenus une famille ».

Cette famille particulière, qui a un manque distinct de joueurs de grands noms, a contrarié les chances en revendiquant la couronne continentale au Gabon. « Nous savions que nous devions créer un véritable esprit d’équipe afin que nous puissions rivaliser avec des nations avec des individus talentueux, parce que nous n’avons pas d’étoiles réelles dans l’équipe », a expliqué le capitaine de 28 ans. 

Le fait que Moukandjo soit venu symboliser l’unité et la solidarité de l’équipe est fascinant, étant donné que lui et son coéquipier, Benoit Assou-Ekotto, ont pratiquement frappé devant un public mondial de la télévision lors du match du Cameroun contre la Croatie à la FIFA 2014 Coupe du Monde Brésil ™ 

« C’était une expérience complètement oubliable », a-t-il déclaré. « J’ai quitté le terrain ce jour-là avec une tristesse dans mon cœur, comme tout le monde. Perdre des matches n’est qu’une partie du jeu, mais nous étions là pour défendre l’image du Cameroun. Nous n’avons pas tenu compte de nous-mêmes, du point de vue du football, mais aussi plus généralement.  » 

Joueurs d’équipe
Il a poursuivi: «Maintenant, en tant que capitaine, j’essaierai de faire en sorte que cette atmosphère positive se poursuive aussi longtemps que possible. Lorsque vous obtenez ce genre d’amour fraternel, vous voulez qu’il dure pour toujours. Les joueurs les plus expérimentés comme moi ont fait tout notre possible pour maintenir cet esprit d’équipe.  » 

Pour prouver son point de vue, Moukandjo a donné l’exemple de deux de ses coéquipiers, Nicolas Nkoulou et Vincent Aboubakar. « Notre entraîneur a pris des décisions difficiles à prendre à la Coupe des Nations, et il y a eu beaucoup de débats à la maison », a-t-il déclaré. « Mais ce qui a été fantastique, c’est la qualité des deux joueurs qui étaient sur le terrain. Ils ne se foutent pas, et quand nous avions besoin d’eux, ils étaient là! 

« Et quand les jeunes voient des joueurs de ce calibre se comporter d’une manière admirable et désintéressante pour le bien de l’équipe, tout ce qu’ils veulent faire, c’est de faire leur choix ». 

Laisser un commentaire

Top